L'art cambrien

Ce fragment de roche découvert au Maroc et exposé au Muséum d'Histoire Naturelle de Toulouse arbore les squelettes fossilisés d'animaux marins : trilobites, astérides (étoiles de mer), oursins, dont l'origine remonte au Cambrien, soit à un demi-milliard d'années environ. A cette époque reculée, et pour des raisons principalement environnementales (augmentation de la concentration de l'atmosphère en oxygène) et écologiques (évolution de la chaîne alimentaire), la vie explose, sous toutes ses formes : animale, végétale et bactérienne. Jadis majoritairement unicellulaires, parfois regroupés en colonies, les organismes vivants deviennent pluricellulaires, plus imposants et se diversifient. Progressivement, ils colonisent la quasi-totalité des mers du globe, de la surface aux abysses, de l'équateur aux pôles. De sorte que les terrains cambriens sont aujourd'hui présents sur l'ensemble des continents. En particulier, ils forment la majeure partie de la chaîne pyrénéenne ; les différentes strates de la Montagne Noire témoignent quant à elles des phases successives de cette diversification d'espèces.

L'art cambrien


Informations relatives à cette photographie :
  • Conditions de prise de vue : Fuji X-E2 + Objectif Fujinon XF 35mm F1.4 R - F/8 - 2 secondes - ISO 200
  • Outils de traitement de la photographie : RAW file converter EX powered by Silkypix 3.2.19.0 + GIMP 2.8.10
  • Optimisation de l'affichage des couleurs à l'écran : Navigateur Firefox 30.0 + Module Color Management 0.5.3
Mots-clés : squelettes, animaux marins, Cambrien, continents terrestres, explosion, diversification, formes de vie