Couleur Lauragais

Au printemps, lorsque le ciel d'hiver cède finalement place à un ciel bleu clair parsemé de nébulosités, certaines collines du Lauragais se parent d'un vêtement jaune étincelant aux coutures verdoyantes. Réminiscence d'antan, évocation d'une époque révolue, d'un règne échu – celui du pastel, cultivé à grande échelle dans le Midi toulousain sous la Renaissance. Cette plante, reconnaissable à l'éclat citronné de ses fleurs, produit un bleu remarquable : le fameux bleu pastel, un pigment naturel de qualité exceptionnelle issu du traitement de ses feuilles. Un pigment utilisé en teinture puis en peinture dont la commercialisation fit la fortune des pasteliers et négociants des XVème et XVIème siècles et donna lieu à l'érection de somptueux hôtels particuliers dotés de splendides cours intérieures, tels l'Hôtel d'Assezat et l'Hôtel de Bernuy à Toulouse, l'Hôtel de Reynès à Albi. De cet âge d'or économique et culturel subsiste l'appellation attribuée alors à la région : « Pays de Cocagne », terre bénie où il fait bon vivre.


Couleur Lauragais

Informations relatives à cette photographie :
  • Conditions de prise de vue : Sigma DP3 Quattro + HOYA PRO ND16 - F/8 - 1/40 sec - ISO 100
  • Outil de développement de la photographie : SIGMA Photo Pro 6.3.3
  • Optimisation de l'affichage des couleurs à l'écran : Navigateur Firefox 30.0 + Module Color Management 0.5.3
Mots-clés : culture du pastel, pigment naturel et végétal, Renaissance, Pays de Cocagne, Lauragais, Tarn