En apesanteur ...

A bien regarder le passé, il apparaît que tout est cyclique : voué à croître, à s'épanouir, à décliner pour finalement disparaître. Qu'il s'agisse des objets célestes, des structures géologiques, des espèces, des individus qui les constituent, des sociétés qu'ils forment, des monuments qu'ils érigent, des civilisations qu'ils bâtissent. De sorte que les vestiges de leurs existences passées jonchent notre présent, s'insèrent dans notre temps. Vestiges d'une chaîne de montagnes érodées, vestiges d'espèces disparues, vestiges de monuments jadis sacrés, témoins d'une époque à laquelle telle croyance en une divinité donnée gouvernait toute existence. Sur ce cliché noir et blanc acquis un soir d'hiver à Rabastens dans le Tarn, le clocher de l'église apparaît comme suspendu dans l'espace, figé dans le temps. Immuable. Atemporel. Et pourtant ...

En apesanteur ...


Informations relatives à cette photographie :
  • Conditions de prise de vue : Fuji X-E2 + Objectif Fujinon XF 35mm F1.4 R - F/4 - 15 secondes - ISO 200
  • Outil de traitement de la photographie : RAW file converter EX powered by Silkypix 3.2.19.0
  • Optimisation de l'affichage des couleurs à l'écran : Navigateur Firefox 30.0 + Module Color Management 0.5.3
Mots-clés : Eglise de Rabastens, Tarn, cycle de vie et de mort, êtres vivants, objets inanimés, concepts, structures