De l'appellation des missions spatiales

Ci-aprés figure compte-rendu d'une conférence donnée le 21 octobre 2003 à l'Observatoire Midi-Pyrénées de Toulouse, France, par Giovanni Bignami, alors Professeur à l'Université de Pavie (Italie). Une centaine de chercheurs étaient venus écouter cet homme de culture, qui, par son humour, a su transmettre son admiration pour quelques-uns de ses illustres prédécesseurs - pour ces artistes et scientifiques italiens dont les noms sont restés et sont aujourd'hui portés par diverses missions spatiales. C'est qu'il existe un lien étroit en effet entre l'oeuvre de ces génies de l'art et de la science, d'une part, l'Aventure Spatiale, d'autre part ...
ligne horizontale
Prenons l'exemple de Giotto di Bondone. Ce peintre de la Renaissance italienne fut, en l'an 1304, mandaté par une riche famille de banquiers pour orner de fresques les murs et le plafond de leur chapelle privée. L'une d'elles représente la scène de la nativité. Au-dessus des personnages bibliques, sur fond d'un ciel azuré, fut dessinée une comète, magnifiquement ornée de sa chevelure et de sa queue. Il s'agit de la comète de Halley, qui survola le ciel d'Europe quelques trois années auparavant. En hommage à cet artiste de talent, l'Agence Spatiale Européenne (ESA) baptisa GIOTTO la sonde envoyée, en 1986, en direction de la comète de Halley. Munie d'un écran de protection constitué de kevlar, elle s'approcha de la partie centrale de son noyau d'environ 600 km. Les photographies qu'elle nous envoya montrent clairement l'existence de deux zones : l'une claire, constituée de cette partie gazeuse chauffée par le Soleil ; l'autre sombre, absorbant près de 99% de la lumière incidente. La théorie de Hoyle selon laquelle les comètes sont des "boules de neige couvertes de goudrons" s'en trouva par la-même confirmée. Ce terme "goudrons" recouvre en réalité la notion de matériel prébiotique. D'où l'hypothèse selon laquelle les comètes auraient apporté la vie dans notre système solaire.


Fresque : Cliquez sur l'image pour augmenter ou diminuer sa taille.
Comete de Halley

Giotto di Bondone, "Adoration des mages" (1301-1305), fresque de la chapelle Scrovegni, Padoue
La mission ROSETTA à venir, dont le nom a été empruntée à cette pierre dont l'étude permit à Jean-François Champollion de décrypter les hiéroglyphes égyptiens, prévoit l'envoi d'une sonde à destination de la zone cométaire située à l'extérieur du système solaire. Un petit robot nommé Philae devrait atterrir sur l'une d'elles, effectuer un carrotage puis analyser les échantillons obtenus. Le résultat de ces analyses devrait nous permettre de mieux connaître la composition originelle de notre système solaire, dont les comètes sont dépositaires.
Asteroide Steins

Photographie : Reconstitution 3D de l'astéroïde Steins à partir des photographies prises,
au cours de son périple, par la sonde Rosetta. Sur ces photographies, l'astéroïde arbore la forme d'un diamant
de quelque cinq kilomètres de large. En outre, un vaste cratère d'impact orne sa partie supérieure.
(Cliquez sur l'image pour augmenter ou diminuer sa taille)


Le 12 février de l'an 1564 disparut Michel-Ange, l'un des plus grands génies de la peinture et de la sculpture ... et naquit Galileo Galilei, l'un des plus grands génies de la science. Alors qu'il occupait la chaire de mathématiques de l'Université de Padoue, Galileo s'intéressa aux lentilles fabriquées par les flamands, ces verres polis permettant d'apercevoir les contours, voire les détails, d'objets lointains. Aux mois de janvier et février 1610, il braqua sa propre lunette en direction de Jupiter ... et découvrit l'existence de quatre points brillants à proximité directe de la planète. Des points qui semblaient se mouvoir avec le temps. Des points qu'il assimila progressivement à des satellites de Jupiter. Il s'agissait de Io, Europe, Ganymède et Calliste, en direction desquels la NASA envoya la sonde GALILEO, en 1989. Diverses photographies témoignent de l'intense activité volcanique régnant à la surface d'Io, et de l'existence d'une mer de glace fracturée à la surface d'Europa. Cette activité volcanique, tout comme ces fractures superficielles, résultent de l'interaction gravitationnelle s'exerçant entre l'un ou l'autre satellite, d'une part, la planète centrale, d'autre part. D'aucuns pensent d'ailleurs que cette mer de glace recouvre un océan d'eau liquide salée, susceptible d'héberger une forme de vie primitive. C'est pour ne pas contaminer ce potentiel trésor scientifique que la sonde GALILEO finit récemment sa vie, consumée par l'atmosphère de Jupiter.

Bologne, 1666. Giovanni Domenico Cassini occupe la chaire de mathématiques de l'université papale. Aidé d'instruments dotés d'une meilleure précision que ceux de Galilée, il dessine la surface de la planète Mars et en déduit, à 2 minutes près, la période de rotation : 24h30min. Chargé par Louis XIV en 1679 d'édifier l'Observatoire de Paris, il fait la connaissance de Christian Huygens. L'astronome hollandais comprend les anneaux de la planète Saturne et résout complètement le système en 1680. En hommage à leurs travaux respectifs, la mission chargée d'étudier Saturne fut baptisée CASSINI ; une sous-sonde nommée HUYGENS s'approchera quant à elle de l'un de ses satellites, Titan. D'ores et déjà, cette mission a permis la vérification de l'un des aspects de la théorie de la relativité générale d'Einstein : lors de l'alignement Soleil - sonde - Saturne fut en effet mesurée la déviation subie par les rayons de lumière à l'approche du Soleil. Une déviation égale, au 10000ème près, à celle obtenue par la voie théorique.

En 1930, la ville de Rome accueille le tout premier congrès de physique nucléaire. Il rassemble Fermi, Compton, Millikan, ... et Bruno Rossi, qui étudie les propriétés des rayons cosmiques à l'Université de Padoue. La promulgation des lois fascistes contraint Bruno Rossi et Enrico Fermi à s'exiler aux Etats-Unis. L'un et l'autre contribueront à la fabrication de la toute première bombe atomique à Los Alamos, puis au développement de l'astrophysique spatiale (physique des rayons cosmiques et des rayons X) au Massachussets Institute of Technology. En hommage à ce grand scientifique, la NASA baptisa ROSSI le satellite chargé d'explorer les sources spatiales de rayons X (pulsars, accrétion d'étoiles, ...).

Cambridge, 1932. L'utilisation de la chambre Wilson permet à Beppo Occhialini de mettre en évidence les preuves de l'existence de l'anti-matière. En 1996, l'Agence Spatiale Italienne envoie BEPPO SAX, un satellite muni des outils nécessaires à détecter les sursauts gamma - ces bangs instantanés les plus importants après le Big Bang. Le satellite Integral continue, à l'heure actuelle, cette chasse aux sursauts gamma.

En 1970, Bepi Colombo, chercheur à l'Université de Padoue, détecte les résonnances de l'orbite de Mercure, cette planète la plus proche du Soleil encore insuffisamment étudiée. Est-ce à dire que la prochaine mission vers Mercure, prévue pour 2011, portera le nom de ce chercheur ? Nul ne le sait pour l'instant. Reste que l'attribution du nom de grands scientifiques à diverses missions spatiales constitue un moyen de perpétuer leur mémoire ... et leur oeuvre.