Accueil A propos de Atlas de la Lumière PhotoExploration AstroEgypto Produits Services Espace Client English version
A propos de Atlas de la Lumière PhotoExploration AstroEgypto Produits Services Espace Client Mentions légales English version

Dates de lever et de coucher héliaques d'une étoile

Dates de lever et de coucher héliaques d'une étoile

Aux yeux de l'observateur terrestre, le Soleil le jour, les étoiles la nuit,
se succèdent dans le ciel, décrivant des trajectoires circulaires.
A un instant donné, certains objets sont visibles, d'autres pas.
En cause : leur luminosité apparente, leur distance au Soleil, ...
Aidés d'outils modernes, déterminons les instants de leur (in)visibilité ...

ligne horizontale
point En résumé

Aux latitudes terrestres intermédiaires (comprises entre -66°33' et +66°33'), les levers et les couchers d'étoiles se succèdent. Certains de ces événements se produisent au crépuscule (peu après le coucher du Soleil), d'autres par nuit noire, d'autres encore dans les lueurs de l'aube (peu avant le lever du Soleil). Le jour et l'instant auxquels ces événements surviennent dépendent principalement de la latitude géographique de l'observateur, de son acuité visuelle (sa capacité à distinguer des objets contrastés), de la magnitude apparente de l'étoile observée, de sa position sur la voûte céleste à l'époque historique considérée, ainsi que des conditions atmosphériques locales.

Lever héliaque de l'étoile Sirius
Simulation du lever héliaque de l'étoile Sirius dans le ciel de la région Occitanie :
peu après être apparue dans l'angle sud-est du ciel elle disparaîtra, noyée dans les lueurs du Soleil levant.


C'est à déterminer avec précision les jours et instants de lever et de coucher héliaques de toute étoile visible à l'oeil nu du catalogue Hipparcos (5043 étoiles au total) depuis l'an 4713 avant notre ère que vous invite ce logiciel conçu lors de ma thèse de doctorat et régulièrement mis à jour. Pour ce faire, il combine divers algorithmes d'astrométrie (relatifs au positionnement des astres sur la voûte céleste) et de photométrie (relatifs à la brillance de l'objet observé et aux conditions de visibilité locales) empruntés aux publications scientifiques mentionnées ci-après.

L'accès à l'interface d'utilisation complète de ce logiciel est payant : 20 euros, réglables sur le serveur sécurisé de PayPal (paiement par compte PayPal ou par compte bancaire). Ce montant comprend un accès illimité dans le temps à l'interface d'utilisation de ce logiciel ainsi que l'accès gratuit à de futures mises à jour. Des tests gratuits de ce logiciel sont disponibles au sein l'Espace Client Culture Diff'.

Prix : 20,00 euros

ligne horizontale
point Dans le détail ...

La voûte céleste est constellée de plusieurs milliers d'étoiles visibles à l'oeil nu. Certaines d'entre elles peuvent être observées toute l'année durant - ce sont les étoiles peuplant la zone circumpolaire nord du ciel pour un observateur situé dans l'hémisphère nord, telles les étoiles définissant les contours des constellations de la Grande Ourse, de la Petite Ourse et du Dragon. D'autres en revanche demeurent inaccessibles à l'observateur situé dans l'hémisphère nord - ce sont les étoiles peuplant la zone circumpolaire sud du ciel, telles celles définissant les contours du Triangle Austral et de l'Octans. Ainsi, les étoiles circumpolaires sont-elles constamment visibles ou invisibles à l'observateur terrestre (situé en-deça ou au-delà des latitudes équatoriales). Elles ne disparaissent jamais sous le cercle de l'horizon - raison pour laquelle les anciens Egyptiens les qualifiaient d'impérissables - ou n'apparaissent jamais à la surface de l'horizon. Leurs trajectoires sont parallèles au cercle de l'horizon. Elles n'effectuent donc ni lever ni coucher héliaque (dans les lueurs de l'aube ou du crépuscule), encore moins de lever ou de coucher nocturne (par nuit noire). A une époque historique donnée, en tout cas. Car les mouvements propres des étoiles, les mouvements de précession et de nutation qui animent l'axe de rotation de la Terre également, se traduisent par de lents mais inexorables déplacements d'étoiles sur la voûte céleste au fil des siècles. De sorte que certaines étoiles, aujourd'hui circumpolaires, pourraient ne plus l'être dans quelques siècles ... et l' « étoile polaire » change au fil du temps : alpha Draconis matérialisait la direction du pôle nord céleste voici 5000 ans, à l'ère des civilisations égyptienne et mésopotamienne ; à l'heure actuelle, il s'agit de l'étoile alpha Ursae Minoris.


Zones circumpolaires nord et sud du ciel


Figuration des zones circumpolaires nord et sud du ciel

Les étoiles peuplant la zone circumpolaire nord du ciel sont constamment visibles depuis l'hémisphère nord, mais demeurent invisibles à l'observateur terrestre situé dans l'hémisphère sud. A l'inverse, les étoiles peuplant la zone circumpolaire sud du ciel sont constamment visibles depuis l'hémisphère sud, mais demeurent invisibles à l'observateur terrestre situé dans l'hémisphère nord. Depuis les latitudes équatoriales, tous les astres peuplant le ciel sont visibles - y compris les étoiles des zones circumpolaires nord et sud ; leurs mouvements s'effectuent perpendiculairement au plan de l'horizon local (voir la simulation numérique de la succession du jour et de la nuit sur Terre).

Ciel visible depuis la surface de la Terre

Trajectoires d'étoiles en un lieu de latitude intermédiaire

Aux latitudes intermédiaires (voisines de 45 degrés nord dans le cas présent), le ciel apparaît peuplé de deux types d'étoiles : les étoiles circumpolaires, qui jamais ne disparaissent sous l'horizon nord et demeurent donc visibles toute l'année durant ; les étoiles que le mouvement de rotation apparente amène à décrire des trajectoires plus longues - en partie sous le cercle de l'horizon. Tour à tour, ces étoiles apparaissent à l'est du ciel, culminent dans le méridien du lieu puis disparaissent à l'ouest. Elles demeurent invisibles une partie de la journée (ou de la nuit), ainsi qu'une partie de l'année. Plus au sud figurent d'autres étoiles, dont la rotation s'effectue constamment sous le cercle de l'horizon local. Pour cette raison, elles demeurent invisibles toute l'année durant depuis l'hémisphère nord.


Entre les zones circumpolaires nord et sud du ciel figurent des milliers d'étoiles (au premier rang desquelles le Soleil) dont les apparitions à l'est du ciel, les culminations dans le méridien du lieu et les disparitions sous le cercle de l'horizon se succèdent, au fil des heures de la journée. Certains de ces événements surviennent au crépuscule (peu après le coucher du Soleil), d'autres par nuit noire, d'autres encore dans les lueurs de l'aube (peu avant le lever du Soleil), certains enfin en plein jour. A un instant donné, certains objets célestes sont donc visibles à l'observateur terrestre, d'autres non. Leur visibilité dépend principalement de l'époque de l'année, de la latitude géographique de l'observateur, de la localisation spatiale et de la magnitude apparente de l'étoile observée, ainsi que des conditions atmosphériques locales.

Parce que la Terre effectue une rotation sur elle-même en moins de 24h - 23 h 56 min 04 sec exactement, les instants auxquels une étoile apparaît à l'est du ciel, culmine dans le méridien du lieu et disparaît de la voûte céleste locale se décalent au fil des jours de l'année. Parce que la Terre effectue une révolution autour du Soleil en quelque 365,25 jours, le Soleil donne l'impression de se déplacer parmi les étoiles constellant le ciel : lors de son apparente course annuelle, l'astre du jour semble s'approcher puis s'éloigner de chacune d'elles, en effet. En leur jour de conjonction avec le Soleil, la plupart des étoiles sont invisibles à l'oeil nu. Des jours, des semaines, voire des mois plus tard, lorsque leur distance apparente au Soleil aura suffisamment augmenté, elles effectueront leur lever héliaque, c'est-à-dire leur réapparition à l'est du ciel, dans les lueurs de l'aube. Ce lever héliaque mettra un terme à leur période d'invisibilité annuelle, débutée en leur jour de coucher héliaque - jour auquel l'étoile disparaît, à l'ouest du ciel, dans les lueurs du Soleil couchant.


Lever héliaque de l'étoile Sirius

Simulation du lever héliaque de l'étoile Sirius dans le ciel de la région Occitanie :
peu après être apparue dans l'angle sud-est du ciel elle disparaîtra, noyée dans les lueurs du Soleil levant.


La période d'invisibilité annuelle d'une étoile - ou laps de temps qui s'écoule entre ses jours de coucher et de lever héliaques - dépend principalement de sa magnitude apparente, de sa distance à l'écliptique, de la latitude et de l'altitude du site d'observation, des conditions atmosphériques locales et de l'acuité visuelle de l'observateur. Elle est nécessairement comprise entre 0 et 365 jours : une étoile dont la période d'invisibilité annuelle est égale à 0 ou 365 jours est une étoile circumpolaire ; elle n'apparaît ni ne disparaît de la voûte céleste locale. Toute autre étoile effectue un lever et un coucher héliaques au cours de l'année.

ligne horizontale

C'est à déterminer avec précision les jours et instants de lever et de coucher héliaques de toute étoile visible à l'oeil nu du catalogue Hipparcos (5043 étoiles au total) depuis l'an 4713 avant notre ère que vous invite ce logiciel conçu lors de ma thèse de doctorat et régulièrement mis à jour. Pour ce faire, il combine divers algorithmes d'astrométrie (relatifs au positionnement des astres sur la voûte céleste) et de photométrie (relatifs à la brillance de l'objet observé et aux conditions de visibilité locales) empruntés aux publications scientifiques mentionnées ci-après.

L'accès à l'interface d'utilisation complète de ce logiciel est payant : 20 euros, réglables sur le serveur sécurisé de PayPal (paiement par compte PayPal ou par compte bancaire). Ce montant comprend un accès illimité dans le temps à l'interface d'utilisation de ce logiciel ainsi que l'accès gratuit à de futures mises à jour. Des tests gratuits de ce logiciel sont disponibles au sein l'Espace Client Culture Diff'.

Prix : 20,00 euros

ligne horizontale
point Ressources bibliographiques

Allen, C.W., "Astrophysical Quantities", Third Edition, Athlone, London, 1976.
Borkowski, K.M., "ELP 2000-85 and the Dynamical Time - Universal Time Relation", Astronomy and Astrophysics, 205 (1988), L8-L10.
Bower, F.A. et Ward, R.B., "Stratospheric Ozone and Man", CRC Press, Boca Raton, 1982
Bureau des Longitudes, "Introduction aux Ephémérides Astronomiques", EDP Sciences 1998.
Centre de Données Astronomiques de Strasbourg : http://cdsweb.u-strasbg.fr .
Chapront-Touzé, Michelle et Chapront, Jean, "Lunar Tables and Programs from 4000 BC to AD 8000", Willmann-Bell, Richmond, 1991, pp 6-7.
Garstang, R.H., "Night-Sky Brightness at Observatories and Sites", PASP101, 306-329, 1989.
Hayes, D.S., et Latham, D.W., "Rediscussion of the Atmospheric Extinction and the Absolute Spectral-Energy Distribution of Vega", Astrophysic Journal, 197, 593-601, 1975.
Hecht, S., "Visual thresholds of steady point sources of light in fields of brightness from dark to daylight", Journal of the Optical Society of America, 37, 59, 1947.
JPL Horizons : http://ssd.jpl.nasa.gov/horizons.html.
Koomen, M.J., Lock, C., Parker, D.M. , Scolnik, R., Tousey, R. et Hulburt, E.O., "Measurements of the Brightness of the Twilight Sky ", Journal of the Optical Society of America, 42, 353-356, 1952.
Krisciunas, K et al., "Atmospheric Extinction and Night-Sky Brightness at Maunea Kea", PASP 99, 887-894, 1987.
Krisciunas, K., "Further Measurements of Extinction and Sky Brightness on the Island of Hawaï", PASP 102, 1052-1063, 1990.
Krisciunas, K. et Schaefer, B. E., "A Model of the Brightness of Moonlight", PASP, 103, 1033-1039, 1991.
Meinel, A. et Meinel, M., "Sunsets, Twilights and Evening Skies", Cambridge University Press, Cambridge, 1983.
Pilachowski, C.A., Africano, J.L., Goodrich, B.D. et Binkert, W.S., "Sky Brightness at the Kitt Peak National Observatory", PASP 101, 707-712, 1989.
Pyaskovskaya-Fesenkova, E.V., "Investigations of the scattering of light in the earth's atmosphere", USSR Academy, Science Press, Moscow, 1957.
Rozenberg, G.V., "Twilight", Plenum, New York, 1986
Saemundson, T., "Atmospheric Refraction", Sky & Telescope, 72, 70, 1986.
Schaefer, Bradley E., "Atmospheric Extinction Effects on Stellar Alignments", Archaeoastronomy n°10 (JHA, xvii (1986)).
Schaefer, Bradley E., "Telescopic Limiting Magnitudes", PASP 102, 212-229, 1990
Schaefer, Bradley E., "Astronomy and the limits of vision", Vistas in Astronomy, Volume 36, pp 311-361, 1993.
Schaefer, Bradley E., "The latitude of the observer of the Almagest star catalogue", JHA xxxii, 2001.
Simon, J.L., Bretagnon, P., Chapront, J., Chapront-Touzé, M., Francou, G., Laskar, J., "Numerical expressions for precession formulae and mean elements for the Moon and the planets", Astronomy Astrophysics 282, 663-683 (1994).
Stephenson, F.R., "Historical Eclipses and Earth Rotation", Cambridge University Press, Cambridge, 1997.
Stephenson, F.R. et Morrison, L.V., "Long-Term Fluctuations in the Earth's Rotation : 700 BC to AD 1990", Philosophical Transactions of the Royal Society of London, Ser. A, 351 (1995), 165-202.
Stephenson, F.R. et Morrison, L.V., "Long-Term Changes in the Rotation of the Earth : 700 BC to AD 1980", Philosophical Transactions of the Royal Society of London, Ser. A, 313 (1984), 47-70.
Tousey, R. et Hulburt, E.O., "Visibility of Stars in the Daylight Sky", Journal of the Optical Society of America, 38, 886-896, 1948.
Weaver, H.F., "Visibility of Stars Without Optical Aid", PASP 59, 232-243, 1947.

ligne horizontale

Note importante : L'entreprise Culture Diff' s'engage à ce que la collecte ainsi que le traitement de vos données personnelles, effectués à partir du portail www.culturediff.org, soient conformes au Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) instauré le 25 mai 2018 ainsi qu'à la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978. Lorsque saisies sur le site www.culturediff.org, vos informations personnelles (nom, prénom, adresses postale et électronique) demeurent absolument confidentielles. Par ailleurs, l'entreprise Culture Diff' a adhéré au système de paiement PayPal, de sorte que vos paiements par carte bancaire ou par compte PayPal bénéficient de la sécurité la plus élevée.

PayPal Logo