Les conférences Culture Diff'

Ci-après figure la liste des manifestations scientifiques (colloques, conférences, cafés des sciences, tables rondes, etc) auxquelles Karine Gadré, Dirigeante de l'entreprise Culture Diff', a participé. A cet effet, divers partenariats avec des instituts de recherche, des associations et des centres de culture scientifique ont été noués.
ligne horizontale
point 18 novembre 2016 : Conférence à l'Université Populaire de Philosophie, Toulouse

Titre : Quelles sont les limites de la science ?
Résumé : Au cours de cette soirée, diverses thématiques scientifiques ont été abordées, sur la base d'une trentaine de photographies prises au sein de la région Occitanie : la création du monde, le contenu de notre Univers, la structure interne de notre Terre, la transition de l'inerte au vivant, l'évolution de la vie sur Terre, la constitution de bases de données archéologiques ainsi que notre perception de l'au-delà. Chacun de ces domaines de recherche se heurte en effet à une limite - d'ordre culturel, expérimental, statistique, voire éthique, que les scientifiques d'hier et d'aujourd'hui n'ont de cesse de repousser afin d'étendre toujours plus notre champ de connaissances - notre compréhension donc, de l'Homme et de la Nature environnante.



Maison de la Philosophie
ligne horizontale
point 24 avril 2016 : Participation à un café-débat au Quai des Savoirs, Toulouse

Titre : Quelles sont les limites de la science ?
Résumé : Ce débat s'est inscrit dans le cadre du cycle "La science en question" initié par l'Université Populaire de Philosophie de Toulouse. Il fut animé par Eric Lowen, philosophe et Directeur de l'Université Populaire de Philosophie de Toulouse. Au cours de ce débat, sept thématiques scientifiques ont été abordées : la création du monde, le contenu de notre Univers, la structure interne de notre Terre, la transition de l'inerte au vivant, l'évolution de la vie sur Terre, la constitution de bases de données archéologiques ainsi que notre perception de l'au-delà. Une vingtaine de photographies prises en Terre d'Oc' ont constitué le principal support de discussion. Plus d'infos ...




Quai des Savoirs
ligne horizontale
point 11 octobre 2014 : Animation d'une table-ronde au Muséum de Toulouse

Titre : Giordano Bruno, homme de science ?
Résumé : Les 9, 10 et 11 octobre 2014 se sont tenues, dans le cadre du festival La Novela, les Journées Giordano Bruno au Muséum d'Histoire Naturelle de Toulouse. Trois journées d'échanges entre artistes, historiens, philosophes et scientifiques autour de la figure historique de Giordano Bruno. Le samedi 11 octobre, Karine Gadré a animé une table-ronde entre Sylvie Vauclair, astrophysicienne, Alain Blanchard, cosmologiste et Philippe Solal, philosophe, autour de la vie et l'oeuvre de Giordano Bruno.
Museum de Toulouse
ligne horizontale
point 16 mai 2014 : Participation à une table-ronde organisée par la Fédération Française des Clubs Unesco, Mondonville (31)

Titre : La science peut-elle contribuer à la paix ?
Résumé : La Fédération Française des Clubs Unesco vous propose d'assister à un moment de réflexion et d'échange sur la contribution des sciences à la paix dans le monde. Quatre intervenants issus de la communauté scientifique toulousaine croiseront leurs points de vue sur ce sujet crucial pour notre avenir à tous : Karine Gadré, astronome et dirigeante de l'entreprise Culture Diff', Jean-Michel Hupé, chercheur en neurosciences au laboratoire CERCO (Université de Toulouse et CNRS), Anita Meidani, enseignante-chercheure en sociologie au laboratoire LISST CERS (Université de Toulouse) et Cyrille Delpierre, chercheur en épidémiologie à l'INSERM. Le débat sera animé par Hélène Amblard, journaliste et écrivain. Plus d'infos ...




Unesco
ligne horizontale
point 12 octobre 2013 : Animation d'un débat « Art & Science » à l'IRAP dans le cadre de la Fête de la Science

Résumé : A l'occasion de cette nouvelle édition de la Fête de la Science, l'Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie (IRAP) a ouvert ses portes au grand public. Près de 500 personnes ont assisté à des conférences, des expériences scientifiques, et visité les nouvelles salles blanches du laboratoire où étaient exposées quelques-unes des oeuvres conçues par Carolle Schutz, artiste diplômée de l'Ecole Supérieure d'Art des Pyrénées. Art et Science ont par ailleurs fait l'objet d'un débat entre Carolle Schutz, Peter von Balmoos, astrophysicien à l'IRAP, et le public. Ce débat était animé par Karine Gadré, co-organisatrice de la Fête de la Science à l'IRAP. Plus d'infos ...


Fete de la Science
ligne horizontale
point 28 septembre 2013 : Participation à une table-ronde intitulée « La Fabrique des Cieux » dans le cadre du Festival La Novela, Toulouse

Titre : "La Fabrique des Cieux"
Organisateur : Mairie de Toulouse
Résumé : Cette table-ronde, animée par le philosophe Jean-Jacques Delfour, a rassemblé des chercheurs en sciences humaines et sciences exactes : historiens, anthropologues, astronomes. Elle s'est inscrite dans le cadre de la journée consacrée à l’astronomie antique organisée à l'occasion du Festival La Novela. Plus d'infos ...



La Novela
ligne horizontale
point 10 Août 2013 : Conférence-Spectacle "Le tango des étoiles", Savères (31)

Titre : "Le tango des étoiles"
Organisateurs / Auteurs : Les associations Les Chemins Buissonniers et IntermiDanses vous invitent à une balade entre danse et astronomie, une envolée scientifique et poétique au coeur de la formation d'un système solaire, avec Karine Gadré, Astronome et Jorge Saraniche, musicien, en compagnie du conteur Jean-Michel Hernandez
Résumé : Le tango des étoiles évoque la danse des corps célestes. Ce mouvement, tout comme celui des danseurs, résulte de la recherche permanente d'équilibre entre les forces antagonistes qui les gouvernent : la gravitation d'une part, le rayonnement d'autre part. La gravitation, responsable de l'effondrement de la matière interstellaire, de la naissance des étoiles et de leur cortège de corps rocheux (planètes, astéroïdes) et gazeux (planètes, comètes), de leurs mouvements respectifs également (forme et inclinaison des orbites, collisions). Le rayonnement, source de pulsations stellaires, d'ionisation de la matière interstellaire, indispensable à la vie. Cette soirée dansée vous guidera, pas à pas, sur le chemin de la création d'un système solaire et de l'apparition de la vie sur d'autres Terres, visibles depuis le ciel de Savères ...

Le contenu scientifique et illustré de ce spectacle Art & Science est disponible ici.



Tango des étoiles
ligne horizontale
point 9 Mars 2013 : Participation à une table-ronde à la Maison de la Philosophie, Toulouse

Titre : "La place des femmes dans la science aujourd'hui"
Résumé : Cette table-ronde est organisée à la Maison de la Philosophie de Toulouse à l'occasion de la Journée Internationale des Droits de la Femme 2013. Elle s'inscrit dans le cadre d'un colloque ayant pour thème "Les femmes et la Science" qui réunit cinq femmes de science (Olga Antonova, Françoise Mariotti, Marie-France Barthet, Véronique Lizan, Karine Gadré) et un philosophe (Eric Lowen, directeur de la Maison de la Philosophie de Toulouse).

Alderan
ligne horizontale
point 5 Octobre 2012 : Animation d'une table-ronde à la Cité de l'Espace, Toulouse

Titre : "Le rôle de la cosmologie dans la culture et l'histoire des sciences"
Résumé : Cette table-ronde, organisée à la Cité de l'Espace de Toulouse dans le double cadre des Journées Scientifiques de l'Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie (IRAP) et du 50ème anniversaire de l'European Southern Observatory (ESO), a rassemblé quatre chercheurs : Alain Blanchard, Professeur de physique à l'Université Paul Sabatier de Toulouse, astrophysicien à l'IRAP ; Philippe Solal, philosophe à l'Institut National des Sciences Appliquées (INSA) ; Carlo Rizzo, Professeur de physique à l'Université Paul Sabatier de Toulouse ; et Eric Lowen, philosophe, Directeur de la Maison de la Philosophie de Toulouse. Le débat a tout d'abord porté sur la contribution des philosophes et de la philosophie à la pensée scientifique de l'Antiquité au Moyen-Age ; puis, le développement de l'instrumentation aidant, à l'essor de la cosmologie observationnelle et théorique ; enfin, la place actuelle de la philosophie dans la science a été abordée : un rôle essentiellement éthique, l'objectif de la philosophie étant de trouver la voie de la sagesse.






Cite de l'Espace
ligne horizontale
point 15 Mai 2012 : Conférence grand public aux Ecuries de Baroja, Anglet

Titre : "Les données du spatial : des outils pour l'archéoastronomie moderne"
Résumé : L'Expédition d'Egypte, menée par Napoléon Bonaparte à la toute fin du XVIIIème siècle, a permis la redécouverte de la civilisation égyptienne : son art, son histoire, son écriture, son panthéon, ..., sa connaissance du ciel et des objets le peuplant également. En témoignent ces nombreux monuments (pyramides, temples, ...), textes (relatifs au lever héliaque de Sirius par exemple) et autres bas-reliefs (horloges stellaires, plafonds astronomiques), caractérisés par une orientation ou un contenu astronomique particulier. L'étude qualitative de ces vestiges a révélé quelques-unes des réalisations astronomiques majeures de cette civilisation : la différenciation des objets célestes (Soleil, Lune, planètes et étoiles), l'établissement du cycle solaire à 365 jours, la définition du mois lunaire de 29 jours, la division du jour et de la nuit en douze heures chacun, la catégorisation des étoiles (les "impérissables", les décans) et des planètes (Vénus et Mercure d'une part, Mars, Jupiter et Saturne d'autre part) en fonction de leurs positions et de leurs "comportements" (mouvements) respectifs sur la voûte céleste locale. L'étude quantitative des vestiges archéologiques dont nous disposons à l'heure actuelle a abouti à une meilleure connaissance de la chronologie égyptienne, à la cartographie du ciel méridional de l'Egypte ancienne, à la détermination de la source astronomique des édifices cultuels et funéraires les mieux préservés, ... Ce type d'étude est basé sur l'utilisation de modèles numériques combinant divers paramètres astrométriques et photométriques afin de reconstituer au mieux les conditions de visibilité d'un objet céleste dans le ciel nocturne ou crépusculaire de l'Egypte ancienne. L'utilisation combinée de ces modèles astrophotométriques et de modèles numériques de terrain, construits à partir de données altimétriques, permettra, à court terme, de reconstituer la réalité astronomique observée, dans le contexte topographique local, à l'époque historique considérée. Ainsi donc, les données du spatial s'intègrent-elles progressivement dans la démarche archéoastronomique moderne ...





Baroja


Baroja
ligne horizontale
point 15 Octobre 2011 : Conférence grand public à l'Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie, Toulouse, dans le cadre de l'Inauguration de l'IRAP

Titre : "Astronomie et Archéologie : deux chemins vers le passé"
Résumé : Cette présentation orale vise, dans un premier temps, à exposer les points communs entre Astronomie et Archéologie ainsi que leurs différences ; dans un second temps, à détailler le "produit" du croisement de ces deux disciplines : l'archéoastronomie ou étude de l'orientation, du contenu astronomique, de vestiges archéologiques, au moyen de méthodes modernes.
Note : Le programme complet des festivités liées à l'Inauguration de l'IRAP est disponible en téléchargement ici.




IRAP
ligne horizontale
point 5 Juillet 2011 : Présentation orale à l'Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie, Toulouse

Titre : "Archéoastronomie égyptienne et Archéologie spatiale"
Résumé : Cette présentation orale avait pour but d'exposer aux chercheurs de l'IRAP le détail des projets Culture Diff' en cours de réalisation : la constitution de deux interfaces Web consacrées, l'une à l'ArchéoAstronomie égyptienne, l'autre à l'Archéologie Spatiale. Ces interfaces Web seront, à terme, communément constituées d'un ensemble de ressources documentaires (images spatiales, articles, ouvrages, thèses, etc.), du descriptif des vestiges archéologiques découverts au moyen de l'imagerie spatiale et/ou présentant un intérêt au plan archéoastronomique, d'un ensemble de ressources logicielles (logiciels d'analyse et de traitement d'images spatiales, logiciels d'archéoastronomie, etc.), d'un espace de travail collaboratif (liste de diffusion, tweets, wiki) entre membres de chaque projet, d'un espace de publication des résultats obtenus, validés ou en cours de validation. L'objectif est de favoriser l'essor de ces deux disciplines en mettant à disposition des chercheurs issus des disciplines exactes et humanistes l'ensemble des outils nécessaires.







IRAP
ligne horizontale
point 7 Avril 2011 : Conférence dans le cadre de l'Ecole d'Astronomie du CNRS intitulée "De l'environnement du Soleil aux environnements stellaires", 4-7 avril 2011, Station biologique du CNRS, Roscoff

Titre : "De l'ArchéoAstronomie égyptienne à l'Archéologie Spatiale"
Résumé : Cette présentation orale vise à démontrer que la mise en place de collaborations entre humanistes (archéologues, historiens, linguistes) et scientifiques (astronomes, ingénieurs du secteur spatial) d'une part, l'introduction d'outils développés par les scientifiques (images spatiales et modèles numériques) dans les disciplines humanistes d'autre part, peut conduire à l'essor de nouvelles disciplines : l'archéologie spatiale et l'archéoastronomie, en l'occurence. L'archéologie spatiale permet la découverte de nouveaux vestiges invisibles à l'oeil nu depuis la surface terrestre parce qu'enfouis sous une végétation luxuriante, sous des villes modernes ou sous le sol. Ces vestiges peuvent ensuite faire l'objet d'une étude archéoastronomique poussée. L'objectif commun est une meilleure connaissance de la culture du peuple considéré.


Roscoff
ligne horizontale
point 2 Décembre 2010 : Conférence à l'Ecole Supérieure d'Art et de Céramique de Tarbes (ESACT)

Titre : "ArchéoAstronomie Egyptienne et Archéologie Spatiale : deux disciplines issues du croisement de l'archéologie, de l'astronomie et du secteur spatial (2/2)"
Résumé : Cette présentation orale s'inscrit dans la continuité de la conférence présentée à l'ESACT le 16 novembre 2010 (voir ci-dessous). Dans un premier temps, je présenterai les développements récents de l'archéoastronomie égyptienne et de l'archéologie spatiale, issus des échanges entre archéologues, historiens, linguistes, astronomes et ingénieurs, d'une part, du croisement des outils, des méthodes propres à l'archéologie, à l'astronomie et au secteur spatial, d'autre part. Dans un second temps, je développerai les projets de l'entreprise Culture Diff' visant à favoriser l'essor de l'archéoastronomie égyptienne au plan international ainsi que l'essor de l'archéologie spatiale à Toulouse.

ESACT
ligne horizontale
point 16 Novembre 2010 : Conférence à l'Ecole Supérieure d'Art et de Céramique de Tarbes (ESACT)

Titre : "ArchéoAstronomie Egyptienne et Archéologie Spatiale : deux disciplines issues du croisement de l'archéologie, de l'astronomie et du secteur spatial (1/2)"
Résumé : Ces deux derniers siècles, l'archéologie égyptienne a mis au jour de nombreux vestiges caractérisés par une orientation ou un contenu astronomique particulier : temples, tombes, bas-reliefs, textes, etc. L'étude de ces vestiges sous des angles archéologique, historique, philologique et astronomique (à l'aide de modèles numériques combinant divers paramètres astrométriques et photométriques) permet de de mieux connaître la culture astronomique de la civilisation égyptienne et de reconstituer les prémices de l'astronomie observationnelle. Depuis quelques décennies, l'observation astronomique s'effectue tant depuis le sol que depuis l'espace, à l'aide de télescopes munis de capteurs multi-longueurs d'onde. Parallèlement, l'archéologie spatiale s'est développée, offrant aux archéologues une vision globale, pluri-dimensionnelle et multi-longueurs d'onde de la Terre d'Egypte. L'acquisition et le traitement des images spatiales a permis d'étoffer considérablement les bases de données astronomiques et archéologiques existantes. Le croisement des acteurs, des méthodes et des outils de l'archéologie, de l'astronomie et du secteur spatial se traduisent aujourd'hui par la constitution d'Observatoires Virtuels et d'Expéditions Virtuelles.





ESACT
ligne horizontale
point 29 Octobre 2010 : Conférence dans le cadre de la Fête de la Science, Cité des Sciences et de l'Industrie, Paris (Annulée pour cause de grève dans les transports en commun)

Titre : "Astronomie et Archéologie : deux chemins vers le passé"
Résumé : L'astronomie et l'archéologie se donnent pour objectifs de comprendre et reconstituer l'histoire de l'univers et de l'humanité au travers l'étude systématique des vestiges - astres (planètes, étoiles, galaxies, etc), artéfacts (objets et infrastructures créés par l'Homme) - qui témoignent de leur évolution depuis le Big Bang (~ -15 milliards d'années) et le début de la Préhistoire (~ -5 millions d'années) respectivement. Longtemps recueillies à la surface de la Terre, ces traces du passé font à présent également l'objet d'observations et de détection depuis l'espace. C'est que la plupart des vestiges astronomiques et archéologiques sont invisibles à l'oeil nu, en effet : soit parce qu'ils sont lointains et peu brillants ou émettent un rayonnement dans un domaine autre que le visible, soit parce qu'ils sont enfouis sous la surface de la terre, sous des villes modernes ou bien encore sous une végétation luxuriante. S'ensuit la complétion des bases de données existantes à partir d'astres lointains qui n'existent plus ou subsistent désormais sous une autre forme, et d'artéfacts dégradés par le temps et les hommes.


ARS





ARS
ligne horizontale
point 5 Juin 2010 : Conférence à l'occasion des Secondes Rencontres Egyptologiques de Kemetmaa, Solliès-Pont, Var

Titre : "Astronomie et Archéologie : deux chemins vers le passé"
Résumé : L'astronomie et l'archéologie se donnent pour objectifs de comprendre et reconstituer l'histoire de l'univers et de l'humanité au travers l'étude systématique des vestiges - astres (planètes, étoiles, galaxies, etc), artéfacts (objets et infrastructures créés par l'Homme) - qui témoignent de leur évolution depuis le Big Bang (~ -15 milliards d'années) et le début de la Préhistoire (~ -5 millions d'années) respectivement. Longtemps recueillies à la surface de la Terre, ces traces du passé font à présent également l'objet d'observations et de détection depuis l'espace. C'est que la plupart des vestiges astronomiques et archéologiques sont invisibles à l'oeil nu, en effet : soit parce qu'ils sont lointains et peu brillants ou émettent un rayonnement dans un domaine autre que le visible, soit parce qu'ils sont enfouis sous la surface de la terre, sous des villes modernes ou bien encore sous une végétation luxuriante. S'ensuit la complétion des bases de données existantes à partir d'astres lointains qui n'existent plus ou subsistent désormais sous une autre forme, et d'artéfacts dégradés par le temps et les hommes.



Kemetmaa
ligne horizontale
point 28 Avril 2010 : Conférence à la Maison de la Philosophie de Toulouse

Titre : "Astronomie et Archéologie : deux chemins vers le passé"
Résumé : L'astronomie et l'archéologie se donnent pour objectifs de comprendre et reconstituer l'histoire de l'univers et de l'humanité au travers l'étude systématique des vestiges - astres (planètes, étoiles, galaxies, etc), artéfacts (objets et infrastructures créés par l'Homme) - qui témoignent de leur évolution depuis le Big Bang (~ -15 milliards d'années) et le début de la Préhistoire (~ -5 millions d'années) respectivement. Longtemps recueillies à la surface de la Terre, ces traces du passé font à présent également l'objet d'observations et de détection depuis l'espace. C'est que la plupart des vestiges astronomiques et archéologiques sont invisibles à l'oeil nu, en effet : soit parce qu'ils sont lointains et peu brillants ou émettent un rayonnement dans un domaine autre que le visible, soit parce qu'ils sont enfouis sous la surface de la terre, sous des villes modernes ou bien encore sous une végétation luxuriante. S'ensuit la complétion des bases de données existantes à partir d'astres lointains qui n'existent plus ou subsistent désormais sous une autre forme, et d'artéfacts dégradés par le temps et les hommes.





Alderan
ligne horizontale
point 14 Novembre 2009 : Conférence à l'Université du Temps Libéré des Pays du Lot, Prayssac

Titre : "Archéoastronomie égyptienne : les étoiles de Pharaon"
Résumé : Ces deux derniers siècles, l'archéologie égyptienne a mis au jour quantité de vestiges dont certains présentent une orientation ou un contenu astronomique particulier. Telles les pyramides de l'Ancien Empire orientées en direction des points cardinaux, les listes d'étoiles ornant le couvercle de sarcophages ainsi que le plafond de temples et de tombes, divers écrits stipulant le lever héliaque de Sirius au cours de la Période Dynastique. L'étude de ces vestiges aboutit à la définition de contraintes spatiales, temporelles et optiques : lieu et époque d'édification des monuments ou de conception des listes d'étoiles, acuité visuelle de l'observateur. Ces contraintes sont ensuite appliquées à un modèle de visibilité d'étoiles à l'oeil nu qui combine certains paramètres astrométriques et photométriques. S'ensuivent la détermination de la source astronomique d'orientation des édifices égyptiens, la cartographie du ciel de l'Egypte ancienne, la redéfinition des dates de règne de certains pharaons, une meilleure compréhension du découpage de la nuit en heures, etc ...






UTLPL
ligne horizontale
point 17 Octobre 2009 : Participation à une table ronde sur l'astronomie antique dans le cadre du festival La Novela organisé par la Mairie de Toulouse, Cité de l'Espace

Titre : "Danse e-Toile"
Résumé : La Novela présente le projet Danse e-Toile : cet événement artistique et scientifique propose une exposition thématique (photo vidéo et musicale) et une création chorégraphique unique, Nataraja et le Cosmos, faisant dialoguer, via Internet, de la danse classique indienne Bhâratha Natyam et de la danse contemporaine française, se déroulant simultanément à la Cité de l'Espace de Toulouse et à l'Institut Indien d'Astrophysique de Bangalore. Nataraja et le Cosmos constitue une collaboration art-science originale entre Jean-Marc Matos et Anne Holst (chorégraphes, compagnie K. Danse) et Sharada Srinivasan (danseuse scientifique indienne, professeur au NIAS, Bangalore) sur le thème croisé : mythologie du corps / mythologie stellaire. Le spectacle a été suivi d'une présentation et d'une table ronde « on line » permettant de comparer les représentations du ciel et les mythes associés chez les indiens et les égyptiens. Invitée : Karine Gadré, Docteur en Astronomie de l'Université de Toulouse. Retransmission en direct sur le site http://www.x-reseau.fr/e-toile/






La Novela
ligne horizontale
point 12 Juin 2009 : Conférence au Musée Labit, Toulouse, dans le cadre de la semaine "Egypte, Terre des Sciences" organisée par la Mairie de Toulouse

Titre : "Archéoastronomie égyptienne : les étoiles de Pharaon"
Résumé : Ces deux derniers siècles, l'archéologie égyptienne a mis au jour quantité de vestiges dont certains présentent une orientation ou un contenu astronomique particulier. Telles les pyramides de l'Ancien Empire orientées en direction des points cardinaux, les listes d'étoiles ornant le couvercle de sarcophages ainsi que le plafond de temples et de tombes, divers écrits stipulant le lever héliaque de Sirius au cours de la Période Dynastique. L'étude de ces vestiges aboutit à la définition de contraintes spatiales, temporelles et optiques : lieu et époque d'édification des monuments ou de conception des listes d'étoiles, acuité visuelle de l'observateur. Ces contraintes sont ensuite appliquées à un modèle de visibilité d'étoiles à l'oeil nu qui combine certains paramètres astrométriques et photométriques. S'ensuivent la détermination de la source astronomique d'orientation des édifices égyptiens, la cartographie du ciel de l'Egypte ancienne, la redéfinition des dates de règne de certains pharaons, une meilleure compréhension du découpage de la nuit en heures, etc..




Musee Labit
ligne horizontale
point 4 Avril 2009 : Conférence à la Cité de l'Espace, Toulouse, dans le cadre de l'Année Mondiale de l'Astronomie 2009

Titre : "Archéoastronomie égyptienne : les étoiles de Pharaon"
Résumé : Ces deux derniers siècles, l'archéologie égyptienne a mis au jour quantité de vestiges dont certains présentent une orientation ou un contenu astronomique particulier. Telles les pyramides de l'Ancien Empire orientées en direction des points cardinaux, les listes d'étoiles ornant le couvercle de sarcophages ainsi que le plafond de temples et de tombes, divers écrits stipulant le lever héliaque de Sirius au cours de la Période Dynastique. L'étude de ces vestiges aboutit à la définition de contraintes spatiales, temporelles et optiques : lieu et époque d'édification des monuments ou de conception des listes d'étoiles, acuité visuelle de l'observateur. Ces contraintes sont ensuite appliquées à un modèle de visibilité d'étoiles à l'oeil nu qui combine certains paramètres astrométriques et photométriques. S'ensuivent la détermination de la source astronomique d'orientation des édifices égyptiens, la cartographie du ciel de l'Egypte ancienne, la redéfinition des dates de règne de certains pharaons, une meilleure compréhension du découpage de la nuit en heures, etc..



Ciel en Fete
ligne horizontale
point 11 Mars 2009 : Conférence suivie d'un débat au Laboratoire d'Astrophysique de Toulouse-Tarbes (LATT) dans le cadre de la Journée de présentation du LATT aux Professeurs du Secondaire

Titre : "La démarche scientifique : naissance, évolution et transmission"
Résumé : Bientôt disponible


LATT
ligne horizontale
point 6 Mars 2009 : Conférence au Musée Champollion, Figeac (Lot)

Titre : "Archéoastronomie égyptienne : les étoiles de Pharaon"
Résumé : Ces deux derniers siècles, l'archéologie égyptienne a mis au jour quantité de vestiges dont certains présentent une orientation ou un contenu astronomique particulier. Telles les pyramides de l'Ancien Empire orientées en direction des points cardinaux, les listes d'étoiles ornant le couvercle de sarcophages ainsi que le plafond de temples et de tombes, divers écrits stipulant le lever héliaque de Sirius au cours de la Période Dynastique. L'étude de ces vestiges aboutit à la définition de contraintes spatiales, temporelles et optiques : lieu et époque d'édification des monuments ou de conception des listes d'étoiles, acuité visuelle de l'observateur. Ces contraintes sont ensuite appliquées à un modèle de visibilité d'étoiles à l'oeil nu qui combine certains paramètres astrométriques et photométriques. S'ensuivent la détermination de la source astronomique d'orientation des édifices égyptiens, la cartographie du ciel de l'Egypte ancienne, la redéfinition des dates de règne de certains pharaons, une meilleure compréhension du découpage de la nuit en heures, etc..







Musee Champollion
ligne horizontale
point 3 Mars 2009 : Conférence dans le cadre des Grands Séminaires de l'Observatoire Midi-Pyrénées, Toulouse

Titre : "Archéoastronomie égyptienne : les étoiles de Pharaon"
Résumé : Ces deux derniers siècles, l'archéologie égyptienne a mis au jour quantité de vestiges dont certains présentent une orientation ou un contenu astronomique particulier. Telles les pyramides de l'Ancien Empire orientées en direction des points cardinaux, les listes d'étoiles ornant le couvercle de sarcophages ainsi que le plafond de temples et de tombes, divers écrits stipulant le lever héliaque de Sirius au cours de la Période Dynastique. L'étude de ces vestiges aboutit à la définition de contraintes spatiales, temporelles et optiques : lieu et époque d'édification des monuments ou de conception des listes d'étoiles, acuité visuelle de l'observateur. Ces contraintes sont ensuite appliquées à un modèle de visibilité d'étoiles à l'oeil nu qui combine certains paramètres astrométriques et photométriques. S'ensuivent la détermination de la source astronomique d'orientation des édifices égyptiens, la cartographie du ciel de l'Egypte ancienne, la redéfinition des dates de règne de certains pharaons, une meilleure compréhension du découpage de la nuit en heures, etc..

Note : L'enregistrement vidéo de cette conférence est disponible sur le site Web de l'Université Paul Sabatier de Toulouse (suivre le lien Accès à la Médiathèque Les Grands Séminaires de l'OMP).






OMP
ligne horizontale
point 3 Février 2009 : Conférence à la Salle du Sénéchal de Toulouse dans le cadre des soirées scientifiques de l'Observatoire Midi-Pyrénées

Titre : "Archéoastronomie égyptienne : les étoiles de Pharaon"
Résumé : Ces deux derniers siècles, l'archéologie égyptienne a mis au jour quantité de vestiges dont certains présentent une orientation ou un contenu astronomique particulier. Telles les pyramides de l'Ancien Empire orientées en direction des points cardinaux, les listes d'étoiles ornant le couvercle de sarcophages ainsi que le plafond de temples et de tombes, divers écrits stipulant le lever héliaque de Sirius au cours de la Période Dynastique. L'étude de ces vestiges aboutit à la définition de contraintes spatiales, temporelles et optiques : lieu et époque d'édification des monuments ou de conception des listes d'étoiles, acuité visuelle de l'observateur. Ces contraintes sont ensuite appliquées à un modèle de visibilité d'étoiles à l'oeil nu qui combine certains paramètres astrométriques et photométriques. S'ensuivent la détermination de la source astronomique d'orientation des édifices égyptiens, la cartographie du ciel de l'Egypte ancienne, la redéfinition des dates de règne de certains pharaons, une meilleure compréhension du découpage de la nuit en heures, etc..



OMP
ligne horizontale
point 23 Janvier 2009 : Conférence à la Société d'Astronomie de Nantes (44)

Titre : "Archéoastronomie égyptienne : les étoiles de Pharaon"
Résumé : Ces deux derniers siècles, l'archéologie égyptienne a mis au jour quantité de vestiges dont certains présentent une orientation ou un contenu astronomique particulier. Telles les pyramides de l'Ancien Empire orientées en direction des points cardinaux, les listes d'étoiles ornant le couvercle de sarcophages ainsi que le plafond de temples et de tombes, divers écrits stipulant le lever héliaque de Sirius au cours de la Période Dynastique. L'étude de ces vestiges aboutit à la définition de contraintes spatiales, temporelles et optiques : lieu et époque d'édification des monuments ou de conception des listes d'étoiles, acuité visuelle de l'observateur. Ces contraintes sont ensuite appliquées à un modèle de visibilité d'étoiles à l'oeil nu qui combine certains paramètres astrométriques et photométriques. S'ensuivent la détermination de la source astronomique d'orientation des édifices égyptiens, la cartographie du ciel de l'Egypte ancienne, la redéfinition des dates de règne de certains pharaons, une meilleure compréhension du découpage de la nuit en heures, etc..







SAN
ligne horizontale
point 21 Novembre 2008 : Participation à une table ronde au quatrième Salon d'Histoire des Sciences et Techniques, Ivry sur Seine (94)

Titre : "Les représentations pré-coperniciennes de l'Univers"
Résumé : Le quatrième Salon du Livre d'Histoire des Sciences et des Techniques a lieu les 21, 22 et 23 novembre 2008 à Ivry-sur-Seine. Il rassemble chercheurs, éditeurs, journalistes scientifiques et grand public autour d'un seul et même thème : Histoires d'Univers - de l'exploration de l'univers à la conquête de l'espace". Une table ronde consacrée aux représentations pré-coperniciennes de l'univers rassemblera Karine Gadré, Jean-Claude Martzloff, Bernard Vitrac et Loïc Mangin le 21 novembre à 14h.
Le programme complet du Salon est disponible ici.




SHST
ligne horizontale
point 23 Septembre 2008 : Conférence à l'Observatoire de la Côte d'Azur, Nice

Titre : "Introduction aux méthodes de l'archéoastronomie. Application à l'Egypte ancienne"
Résumé : Le récent développement de modèles de visibilité d'un objet dans le ciel nocturne ou crépusculaire permet de résoudre divers problèmes que pose l'archéoastronomie. Leur utilisation dans le contexte de l'Egypte ancienne a notamment abouti à la révision des dates de début de règne de plusieurs pharaons, à la cartographie des constellations peuplant le ciel méridional de l'Egypte ancienne, à la formulation d'une toute nouvelle hypothèse orientationnelle concernant les pyramides de l'Ancien Empire ainsi que les temples d'Isis et Hathor de Dendérah. Cet exposé sera l'occasion de présenter, dans le détail, la démarche adoptée pour résoudre ces problèmes (constitution de bases de données archéologiques et stellaires, conception de modèles de visibilité d'étoile à l'oeil nu, application de critères astronomiques et égyptologiques), ainsi que les résultats obtenus.







OCA
ligne horizontale
point 17 Septembre 2008 : Conférence au Centre National d'Etudes Spatiales (CNES), Toulouse

Titre : "Introduction aux méthodes de l'archéoastronomie. Application à l'Egypte ancienne"
Résumé : Le récent développement de modèles de visibilité d'un objet dans le ciel nocturne ou crépusculaire permet de résoudre divers problèmes que pose l'archéoastronomie. Leur utilisation dans le contexte de l'Egypte ancienne a notamment abouti à la révision des dates de début de règne de plusieurs pharaons, à la cartographie des constellations peuplant le ciel méridional de l'Egypte ancienne, à la formulation d'une toute nouvelle hypothèse orientationnelle concernant les pyramides de l'Ancien Empire ainsi que les temples d'Isis et Hathor de Dendérah. Cet exposé sera l'occasion de présenter, dans le détail, la démarche adoptée pour résoudre ces problèmes (constitution de bases de données archéologiques et stellaires, conception de modèles de visibilité d'étoile à l'oeil nu, application de critères astronomiques et égyptologiques), ainsi que les résultats obtenus.







CNES
ligne horizontale
point 28 Juin 2008 : Conférence à la Ferme des Etoiles, Fleurance (Gers)

Titre : "Sous le ciel de l'Egypte ancienne"
Résumé : La démarche archéoastronomique actuelle repose sur la constitution de bases de données archéologiques, l'étude de l'orientation ou du contenu astronomique des vestiges qu'elles contiennent, la constitution de modèles de visibilité d'étoiles dans le ciel et l'application, aux résultats fournis par chaque modèle, de divers critères astronomiques et historiques. Appliquée à l'Egypte ancienne, cette démarche aboutit à la révision des dates de début de règne de plusieurs pharaons, à la détermination de la source astronomique des pyramides de l'Ancien Empire ainsi qu'à la cartographie du ciel des égyptiens.
Ferme des Etoiles
ligne horizontale
point 6 Juin 2008 : Conférence au Centre de Préhistoire de Pech-Merle, Cabrerets (Lot)

Titre : "Sous le ciel de l'Egypte ancienne"
Résumé : La démarche archéoastronomique actuelle repose sur la constitution de bases de données archéologiques, l'étude de l'orientation ou du contenu astronomique des vestiges qu'elles contiennent, la constitution de modèles de visibilité d'étoiles dans le ciel et l'application, aux résultats fournis par chaque modèle, de divers critères astronomiques et historiques. Appliquée à l'Egypte ancienne, cette démarche aboutit à la révision des dates de début de règne de plusieurs pharaons, à la détermination de la source astronomique des pyramides de l'Ancien Empire ainsi qu'à la cartographie du ciel des égyptiens.
Pech Merle
ligne horizontale
point 21 Mai 2008 : Soutenance de thèse de doctorat au Laboratoire d'Astrophysique de Toulouse-Tarbes (LATT)

Titre : "Conception d'un modèle de visibilité d'étoile à l'oeil nu. Application à l'identification des décans égyptiens". Auteur : Karine Gadré.

Ma soutenance de thèse devant un jury composé de six astronomes-physiciens et d'un égyptologue a abouti à la délivrance du titre de Docteur en Astronomie de l'Université de Toulouse avec la mention "Très honorable".

Toutes les informations relatives à ce sujet et à cette journée sont disponibles ici.




Laboratoire d'Astrophysique de Toulouse-Tarbes
ligne horizontale
point 26 Mars 2008 : Café des Sciences au Musée Champollion, Figeac (Lot)

Titre : "L'astronomie au Temps des Pharaons"
Résumé : La discussion autour de l'astronomie égyptienne sera précédée d'une introduction aux méthodes nouvelles de l'archéoastronomie et à leur application à la détermination de la source astronomique d'orientation des pyramides de l'Ancien Empire.
Cette manifestation, ouverte à tous, est organiséee par l'Association "Les Petits Débrouillards".
Petits Debrouillards
ligne horizontale
point 12 Mars 2008 : Présentation orale au Laboratoire d'Astrophysique de Toulouse-Tarbes (LATT)

Titre : "L'astronomie au Temps des Pharaons".
Résumé : Introduction aux méthodes nouvelles de l'archéoastronomie et application à la détermination de la source astronomique d'orientation des pyramides de l'Ancien Empire. Auteur : Karine Gadré.
Occasion : Journée de présentation du Laboratoire d'Astrophysique de Toulouse-Tarbes aux Professeurs du Secondaire.




Laboratoire d'Astrophysique de Toulouse-Tarbes
ligne horizontale
point 12 Février 2008 : Conférence au Centre François Viète d'Histoire des Sciences et des Techniques, Nantes

Titre : "Introduction aux méthodes de l'archéoastronomie. Application à l'Egypte ancienne"
Résumé : Le récent développement de modèles de visibilité d'un objet dans le ciel nocturne ou crépusculaire permet de résoudre divers problèmes que pose l'archéoastronomie. Leur utilisation dans le contexte de l'Egypte ancienne a notamment abouti à la révision des dates de début de règne de plusieurs pharaons, à la cartographie des constellations peuplant le ciel méridional de l'Egypte ancienne, à la formulation d'une toute nouvelle hypothèse orientationnelle concernant les pyramides de l'Ancien Empire ainsi que les temples d'Isis et Hathor de Dendérah. Cet exposé sera l'occasion de présenter, dans le détail, la démarche adoptée pour résoudre ces problèmes (constitution de bases de données archéologiques et stellaires, conception de modèles de visibilité d'étoile à l'oeil nu, application de critères astronomiques et égyptologiques), ainsi que les résultats obtenus.







CFV
ligne horizontale
point 6 Février 2008 : Conférence au Bureau des Longitudes, Paris

Titre : "Introduction aux méthodes de l'archéoastronomie. Application à l'Egypte ancienne"
Résumé : Le récent développement de modèles de visibilité d'un objet dans le ciel nocturne ou crépusculaire permet de résoudre divers problèmes que pose l'archéoastronomie. Leur utilisation dans le contexte de l'Egypte ancienne a notamment abouti à la révision des dates de début de règne de plusieurs pharaons, à la cartographie des constellations peuplant le ciel méridional de l'Egypte ancienne, à la formulation d'une toute nouvelle hypothèse orientationnelle concernant les pyramides de l'Ancien Empire ainsi que les temples d'Isis et Hathor de Dendérah. Cet exposé sera l'occasion de présenter, dans le détail, la démarche adoptée pour résoudre ces problèmes (constitution de bases de données archéologiques et stellaires, conception de modèles de visibilité d'étoile à l'oeil nu, application de critères astronomiques et égyptologiques), ainsi que les résultats obtenus.

Note : L'enregistrement audio de cette conférence est disponible sur le site Web de la radio Canal Académie.









Bureau des Longitudes
ligne horizontale
point 12 Juin 2007 : Conférence à l'Institut de Mathématiques, Université Paul Sabatier, Toulouse

Titre : "Les décans égyptiens : des étoiles mythiques"
Résumé : Les anciens Egyptiens croyaient en une vie après la mort. Selon eux, le laps de temps nécessaire au défunt pour renaître dans l'au-delà était de 70 jours. De nombreux textes funéraires assimilent cette renaissance au lever héliaque d'une étoile dont la période d'invisibilité annuelle était voisine alors de 70 jours. Quatre-vingt dix étoiles sont mentionnées sur l'intérieur du couvercle de sarcophages, au plafond de temples et de tombes datés de l'an 2200 BC à l'an 50. L'étude archéologique, philologique et astronomique du contenu de ces cent vestiges aboutit à la définition des contraintes spatiales, temporelles et optiques d'un modèle combinant équations de la mécanique céleste et critères de visibilité d'une étoile dans le ciel nocturne ou crépusculaire de l'Egypte ancienne. Ce modèle nous permet d'assimiler chacune des 90 étoiles à des étoiles du catalogue Hipparcos - en d'autres termes, de dresser une cartographie du monde de l'au-delà, tel que l'imaginaient les anciens Egyptiens. L'application de ce modèle à l'orientation astronomique des pyramides d'Egypte sera également examinée, ainsi que quelques perspectives de travail à court et moyen termes.






IMFT
ligne horizontale
point 2 Mai 2007 : Conférence au Bureau des Longitudes, Paris

Titre : "Les décans égyptiens : des étoiles mythiques"
Résumé : Les anciens Egyptiens croyaient en une vie après la mort. Selon eux, le laps de temps nécessaire au défunt pour renaître dans l'au-delà était de 70 jours. De nombreux textes funéraires assimilent cette renaissance au lever héliaque d'une étoile dont la période d'invisibilité annuelle était voisine alors de 70 jours. Quatre-vingt dix étoiles sont mentionnées sur l'intérieur du couvercle de sarcophages, au plafond de temples et de tombes datés de l'an 2200 BC à l'an 50. L'étude archéologique, philologique et astronomique du contenu de ces cent vestiges aboutit à la définition des contraintes spatiales, temporelles et optiques d'un modèle combinant équations de la mécanique céleste et critères de visibilité d'une étoile dans le ciel nocturne ou crépusculaire de l'Egypte ancienne. Ce modèle nous permet d'assimiler chacune des 90 étoiles à des étoiles du catalogue Hipparcos - en d'autres termes, de dresser une cartographie du monde de l'au-delà, tel que l'imaginaient les anciens Egyptiens. L'application de ce modèle à l'orientation astronomique des pyramides d'Egypte sera également examinée, ainsi que quelques perspectives de travail à court et moyen termes.








IMCCE
ligne horizontale
point Avril 2007 : Présentation d'un poster au Laboratoire d'Astrophysique de Toulouse-Tarbes (LATT)

Titre : Corrélation entre bases de données Hipparcos et Hiéroglyphique.
Auteur : Karine Gadré. Occasion : Journée des Thèses.
Laboratoire d'Astrophysique de Toulouse-Tarbes
ligne horizontale
point Avril 2006 : Présentation d'un poster au Laboratoire d'Astrophysique de Toulouse-Tarbes (LATT)

Titre : Identification des étoiles utilisées pour marquer la succession des heures de nuit sous la Première Période Intermédiaire, le Moyen et le Nouvel Empires égyptiens. Auteur : Karine Gadré. Occasion : Journée des Thèses.
Laboratoire d'Astrophysique de Toulouse-Tarbes
ligne horizontale
point 9 Décembre 2005 : Conférence-spectacle sur l'Astronomie Egyptienne à Rieumes (31)

Derrière les mots se cachent un sens ... et des sons. Les sons constituent la résonance des mots. A écouter Claude Nougaro, il semblerait même que la poésie soit faite de sons qui ont du sens. En cette soirée que nous souhaitons poétique, les voix de la viole de gambe (Nathalie Estévenin) et du chant (Luc Baron) se joindront à celles de la science (Karine Gadré) pour vous faire partager l'émotion associée à la redécouverte de quatre mille années d'histoire de l'humanité. Quatre mille années d'évolution de pensée, au travers l'érection d'édifices de pierre, la rédaction de textes hiéroglyphiques, ... Autant de vestiges dont l'orientation ou le contenu astronomique vous est dévoilé au sein du calendrier 2006, conjointement réalisé par l'entreprise Culture Diff' et Les Chemins Buissonniers.
Chemins Buissonniers
ligne horizontale
point 14 Octobre 2005 : Conférence sur l'Astronomie Egyptienne à Barcelone

L'inauguration de l'INDETEC-Aegyptus, Institut International d'Egyptologie pour l'Etude du Droit, de la Technologie et de la Science en Egypte ancienne, a été l'occasion de présenter une conférence intitulée "Identification des décans égyptiens : un travail de recherche requérant les connaissances et compétences des Astronomes et des Egyptologues". Ce travail, effectué au Laboratoire d'Astrophysique de Toulouse-Tarbes, a été présenté comme l'aboutissement de multiples collaborations entre Astronomes et Egyptologues du monde entier, depuis le siècle dernier. En celà, il constitue l'illustration possible du mode de fonctionnement du futur réseau AstroEgypto, présenté lors du 56ème congrès de l'ARCE à Boston en avril 2005, et détaillé au sein des septième et huitième numéros des Cahiers Caribéens d'Egyptologie.

Auteur : Karine Gadré.
Inauguration de l'Indetec-Aegyptus
ligne horizontale
point 5-8 Septembre 2005 : Présentation d'un poster à l'occasion du colloque international "Origines"

La tenue, à Toulouse, du colloque intitulé "L'Egypte pré- et protodynastique. Les origines de l'Etat", a été l'occasion de soumettre, aux égyptologues présents, l'idée de constitution d'un réseau international de chercheurs en Astronomie et Egyptologie, développée lors du 56ème congrès de l'ARCE en avril 2005 ainsi qu'au sein des Cahiers Caribéens d'Egyptologie n°7-8. Auteur : Karine Gadré.




Colloque sur les Origines de l'Egypte
ligne horizontale
point 23 Juillet 2005 : Conférence-Spectacle à St Elix Le Château (31)

Cette conférence-spectacle organisée par l'association Les Chemins Buissonniers, Club Sciences et Citoyens du CNRS et Club UNESCO, a réuni une scientifique (Karine Gadré) et deux artistes (Luc Barron et Nathalie Estévenin) autour du thème de la création du monde. En voici une courte présentation : "A portée d'imaginaire, la passerelle est simple à établir entre l'Art et la Science. Troix voix entremêlées, la Voie Lactée, la voix chantée et la voix de la Viole de Gambe pour dire, chanter et jouer la création du monde. La création selon les anciens Egyptiens : un mythe, contrebalancé par la réalité scientifique actuelle. Ce voyage dans l'espace-temps vous contera l'origine de la vie sur Terre, l'évolution de la pensée humaine au fil des millénaires. Il témoignera de la capacité de l'Homme, depuis toujours, à s'émouvoir, comprendre, et exprimer son émerveillement face aux mystères ..."

Le contenu scientifique de ce spectacle Art & Science est disponible ici.




La création du monde
ligne horizontale
point Avril 2005 : Participation au 56ème congrès de l'ARCE, Boston, Massachussets

Chaque année, l'American Research Center in Egypt (ARCE) organise un congrès d'égyptologie. Cette 56ème édition a été l'occasion de présenter, aux égyptologues du monde entier, le détail du projet de constitution d'un réseau international de chercheurs en astronomie et égyptologie publié dans le 7ème numéro des Cahiers Caribéens d'Egyptologie. Auteur : Karine Gadré.
American Research Center in Egypt
ligne horizontale
point 16 Octobre 2004 : Conférence grand public sur l'astronomie égyptienne, Saint-Laurent de Mure (69)

Le 16 octobre 2004, la Bibliothèque Intercommunale Muroise, une médiathèque située non loin de Lyon, à Saint Laurent de Mure, organisa une manifestation autour de l'Egypte ancienne. Quelques grands mythes y furent tout d'abord exposés par Anne Marchand, conteuse professionnelle. S'ensuivit la présentation d'une conférence intitulée La création du monde : mythes égyptiens et réalité scientifique. Auteur : Karine Gadré.
Conférence Culture Diff' sur la création du monde
ligne horizontale
point Avril 2004 : Participation au 55ème congrès de l'ARCE, Tucson, Arizona

Chaque année, l'American Research Center in Egypt (ARCE) organise un congrès d'égyptologie. Cette 55ème édition a été l'occasion de présenter, aux égyptologues du monde entier, les travaux de recherche les plus récents en matière d'astro-égyptologie et de proposer une toute nouvelle forme de collaboration entre les chercheurs issus des deux disciplines concernées. L'intégralité du contenu de cette conférence intitulée "Astro-Egyptologie : un nouveau domaine d'étude et de recherche associant les astronomes et les égyptologues" est disponible ici.

Auteur : Karine Gadré.


American Research Center in Egypt
ligne horizontale
point Avril 2003 : Présentation d'un poster au Laboratoire d'Astrophysique de Toulouse-Tarbes (LATT)

Titre : Identification des décans égyptiens. Auteur : Karine Gadré.
Occasion : Journée des Thèses.
Laboratoire d'Astrophysique de Toulouse-Tarbes
ligne horizontale
point Juillet 2000 : Conférence sur l'Astronomie Egyptienne dans les locaux de Sup'Aero à Toulouse

Cette conférence était destinée aux participants à l'école d'été de l'association d'astronomie Adagio. Durant près de trois heures ont été abordés les thèmes suivants : les calendriers égyptiens, la mesure du temps nocturne, l'orientation astronomique des pyramides d'Egypte, le temple de Dendérah et son zodiaque.
ligne horizontale
point Juin 2000 : Présentation d'un poster au 9th UN/ESA Workshop on Basic Space Sciences, Toulouse

La tenue de ce colloque réunissant, à Toulouse, des astronomes du monde entier, fut l'occasion de présenter un poster intitulé The sky of ancient Egypt : a north-south differentiation. Il s'agissait là d'une première approche de la différenciation Nord-Sud caractérisant les horloges stellaires datant de la fin de la Première Période Intermédiaire et du Moyen Empire ainsi que les plafonds astronomiques du Nouvel Empire.