Cahiers Caribéens d'Egyptologie n°15 (2011)

CCdE



Ce recueil constitué de onze articles dont le résumé ou l'introduction figure ci-dessous est disponible à la vente pour un montant de 26,00 euros (Frais de port inclus)


PayPal
ligne horizontale ligne horizontale
point Editorial d'Alain Anselin

point Karine Gadré, Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie, Toulouse, France : "Introduction aux méthodes de l'archéoastronomie. Seconde partie : Application à la détermination de la source astronomique d'orientation d'édifices" (Article en français)
This article is in direct line with the first one, published within i-Medjat n°1. It aims at applying the logic of the archaeoastronomical study defined in the previous article (Gadré, 2008) to the solving of a second egyptological problem : the determination of the source of orientation of monuments. The monuments in question are the Old Kingdom pyramids on the one hand, the temple of Isis at Dendara on the other hand.

point Alejandro Jimenez-Serrano, Universidad de Jaen : "From Lower Nubia to Middle Egypt : Strategies in the Late Predynastic Period" (Article in English)
During the last two decades, new evidence dated to the Naqada IIIA1 (3350 BC) period has been discovered in different archaeological contexts : funerary (Cemetery U at Abydos), and rock inscriptions (Gebel Tjauti). The aim of the present paper is to reinterpret part of that new material evidence together with the analysis of other contemporary monuments, such as the minor relief found at Gebel Sheikh Suleiman (Lower Nubia). The present paper also offers a new perspective on the political situation in Upper Egypt just before the First Dynasty.

point Lisa Mawdsley, Centre for Archaeology and Ancient History, Monash University, "Two labels of Aha : Evidence of a pre-mortuary administrative function for First Dynasty potmarks ? (Article in English)
The meaning and function of pre-firing potmarks incised upon various types of Naqada III pottery has been the subject of recent research and discussion. Current interest in this field of study was initiated by Helck (1990), but renewed by Edwin van den Brink (1992) in his corpus of published marks from Early Dynastic cemeteries.

point Alain Anselin, Membre des Ankhou, "Aegyptio-Graphica XXIII. La houe, la poterie et la préposition" (Article en français)
Notre propos est la graphie hiéroglyphique d'une préposition - d'une notion abstraite. Cette graphie hiéroglyphique implique un certain nombre de considérations concernant l'invention de l'écriture hiéroglyphique.

point Fabrice Silpa, Membre des Ankhou, "La Maât, l'Isfet, et le Carré Logique" (Article en français)
Dans la continuité de nos travaux précédents sur la Maât et compte tenu des multiples possibilités d'études qu'offre ce concept, nous nous intéresserons ici au couple Maât - Isfet, la dualité étant une caractéristique très présente dans la civilisation égyptienne comme nous l'avons déjà souligné dans une étude antérieure. En basant sur le Carré Logique l'étude de ce concept, ce travail ouvre un nouveau champ d'investigation de l'idéologie pharaonique.

point Simon D. Schweitzer, Berlin-Brandenburgische Akademie der Wissenschaften, "Etymologische Notizen zu" (Article en Allemand)
In this article, the etymology of the Egyptian word for "king" is discussed. The root contains three consonants : j, n and z. The word, as Scheider has shown, is connected with the Berber enz. The relationship to the Sumerian ensi, as proposed by Peust, has to be abandoned.

point Alain Anselin, Membre des Ankhou, "Aegyptio-Graphica XXIV. La connaissance et son tissu" (Article en français)
L'égyptien, si3, connaître, percevoir (Wb IV, 31,1-4) connaît sa déclinaison divine, en l'occurrence du dieu de l'omniscience et du principe de la connaissance, Si3 (D. Meeks & C. Favard-Meeks, Les dieux égyptiens, 1993, 128).

point Faten Hamdi El-Elimi, Maître de Conférences, Université du Canal de Suez, "L'iconographie égyptienne du hérisson" (Article en Français)
Le hérisson, membre de la famille des Erinaceinae, est bien identifié en Egypte dès la préhistoire, et toujours attesté à l'époque grecque. Il ne fait pas seulement partie de la faune, il fait aussi partie du bestiaire divin ; de l'Ancien Empire à la Troisième Période Intermédiaire, il apparaît comme une figure divinisée du désert, peut-être en raison de sa forme qui l'assimile symboliquement au disque solaire lorsqu'il se met en boule, ses pics représentant les rayons du soleil.

point Adel Zine Al-Abedine, Département d'archéologie, Faculté des Lettres, Université de Tanta, "Les tables d'offrandes n°707 et 710 du Musée d'Heriet Rezenet" (Article en Français)
Il y a trois tables d'offrandes répertoriées sous les numéros 706, 707, 710, au Musée d'Heriet Rezenet, à Zagazig, au gouvernorat d'El-Sharqeyya. Elles furent longtemps exposées au deuxième étage du Musée, mais sont aujourd'hui, en raison des travaux d'amélioration, emmagasinées dans un dépôt de stockage à Tel Basta. La première table, 706, a été publiée. Les tables 707 et 710, également trouvées au début du siècle à El-Sowwa, nécropole de la capitale du XXème nome de la Basse Egypte, n'ont pas encore fait l'objet de publication.

point Nagwa Arafa, Université de Hélouan, "Le ss nfr.w ou scribe des recrues au Nouvel Empire" (Article en Français)
Le titre qui est l'objet de notre étude se compose de deux vocables qui sont ss et nfr.w. En Egypte ancienne, comme on sait, la profession de scribe (ss) est ancienne et honorable ; elle se rend nécessaire par le développement du système administratif. Le titre de scribe est un titre indéterminé, souvent suivi d'un terme déterminant à quel secteur de l'administration le porteur de ce titre exerce son métier.

point Graciela Gestoso Singer, CEHAO, Universidad Catolica Argentina, "Transplantando en el centro por Hatshepsut" (Article en Espagnol)
Transplanting trees from the peripheries to the center was a known leitmotiv in the Ancient Near East. Gardens served as a symbol of life, fertility, prosperity, change and power, and represented the integration of an "ideological" or a "geographical" expansion in Antiquity. The garden of Hatshepsut was a microcosm, which incorporated trees from Punt, symbolizing the ideological control of an "unknown" remote land, and the concrete elimination of "intermediaries" and "payments" to obtain these exotic goods. Lire la suite ...
ligne horizontale